“Enzai 冤罪”, les “fausses accusations” et le monde médiatique japonais

Ce billet a deux objectifs : présenter le concept d’« enzai » généralement utilisé pour décrire les affaires d’accusation erronée et expliquer le rôle que jouent les médias dans leurs apparitions comme dans leurs révélations. 

Définition

Le terme « enzai » (冤罪 / えんざい) est communément traduit en français par l’expression « fausse accusation », « accusation injuste » ou « injustifiée ». 

Le dictionnaire Kōjien propose la définition suivante : « 無実の罪 », soit littéralement, « crime d’innocence ». 

Il est composé du caractère « en » (冤/えん / しえたぐ) qui signifie « accusation erronée » et du caractère plus courant « tsumi » (罪 / つみ) qui signifie « crime » ou « péché ».

Le juriste Ōde Yoshimoto explique que la notion fait référence à une accusation de crime erronée, tout en précisant qu’il ne s’agit pas pour autant d’un terme juridique a proprement parlé. Cette notion décrit plutôt une situation de fait ou permet de comprendre un processus (d’après l’entrée “enzai” proposée par la base de données Japan Knowledge). 

De même, la fausse accusation peut être intentionnelle, mais se trouve parfois être le résultat d’un enchevêtrement de mauvaises interprétations, dans le cadre d’une situation complexe. Par ailleurs, les cas de « enzai » ne concernent pas toujours des actions en justice. Ils peuvent parfois prendre la forme d’un lynchage médiatique, c’est à dire, d’une transformation en coupable d’une personne qui n’a pas encore été jugée et est donc censée bénéficier de la présomption d’innocence (voir, Dufour François, Les 100 mots du journalisme, Paris, PUF, 2018).  

Dans sa forme la plus classique, notamment dans le cadre d’une enquête criminelle, un cas de « enzai »  survient facilement dans les situations décrites comme suit : 1 – les cas d’aveux forcés par la police, 2- des déclarations pas assez précises de la part d’un suspect, 3- des preuves falsifiées, 4- des erreurs scientifiques (voir 清水真, « 冤罪 », in 現代ジャーナリズム事典, 武田徹, 藤田真文 et 山田健太 (eds.), 東京, 三省堂, 2014).

La force et la longueur d’un « enzai » dépendent ensuite de l’ampleur de l’affaire et du temps nécessaire à sa reconnaissance en tant que telle. 

Les « enzai » dans l’histoire

Les cas de « enzai » ont une longue histoire et ne sont pas l’apanage d’un pays en particulier. En France, on peut bien sûr penser au cas emblématique de l’affaire Jean Calas dénoncée par Voltaire dans son Traité sur la tolérance ou encore l’affaire Dreyfus qui a particulièrement marqué la société française de la fin du XIXe siècle. 

Au Japon, l’affaire Taigyaku – 大逆事件 (parfois appelée « affaire Kōtoku 幸徳事件), où des socialistes japonais avaient été exécutés ou emprisonnés à tort sur fond de fausse accusation de projet d’assassinat de l’empereur, constitue également l’un des grands événements des dernières années de l’ère Meiji (voir 田中伸尚, 『大逆事件 — — 死と生の群像』, 東京, 岩波書店, 2018). 

田中伸尚, 『大逆事件 — — 死と生の群像』, 東京, 岩波書店, 2018

Mais tous ces cas s’inscrivent dans des contextes particuliers où les fausses accusations interviennent pour des raisons politiques ou philosophiques particulières. Or, les affaires de fausse accusation apparaissent aussi parfois pour des raisons beaucoup moins évidentes et qui peuvent relever de problèmes plus structurels dans le système judiciaire d’un pays par exemple. 

Le rôle des médias

Le rôle des médias dans les affaires de « enzai » n’est pas nouveau. En France, l’un des cas les plus emblématiques est celui de « l’Affaire Grégory » en 1984 où la couverture désastreuse des médias a débouché sur un assassinat et un emprisonnement abusif parmi les proches de la victime (voir le de Laurence Lacours, Le bûcher des innocents, Paris, les Arènes, 2016). 

Laurence Lacours, Le bûcher des innocents, Paris, les Arènes, 2016.

Le Japon offre un cas d’étude particulièrement intéressant en raison de quelques spécificités structurelles en la matière qui tiennent aux relations entretenues par les journalistes des médias institutionnels (la presse écrite et la télévision en premier chef) et la police. Ces problèmes ont été largement dénoncés depuis les années 1980, aussi bien par les chercheurs que par des personnes issues du monde des médias. Asano Ken.ichi (浅野健一), un ancien journaliste de l’agence Kyōdō et spécialiste des médias, s’est intéressé à cette question à travers  nombreux de ouvrages (voir notamment : 浅野健一, 『メディア「凶乱」 : メディア·フレンジー : 報道加害と冤罪の構造を撃つ』, 社会評論社, 2007 ou encore 浅野健一, 『犯罪報道の犯罪』, 東京, 新風舎, 2004 (1re édition en 1984). 

浅野健一, 『犯罪報道の犯罪』, 東京, 新風舎, 2004

Lorsqu’un crime a lieu, les informations relatives aux affaires criminelles font régulièrement l’objet d’annonce de la part des équipes de police en charge de l’affaire. Le travail journalistique consiste normalement à recouper les sources et vérifier le contenu des annonces en question. Une autre mission attendue est celle de ne pas se contenter d’informations émanant d’annonces d’institution officielle et de garder la main sur le contenu des informations publiées. C’est ce que le sociologue Cyril Lemieux appelle « la conservation de l’initiative », une des règles que les journalistes doivent normalement respecter pour éviter de se faire critiquer (Lemieux Cyril, Mauvaise presse: une sociologie compréhensive du travail journalistique et de ses critiques, Paris, Métailié, 2000).

Lemieux Cyril, Mauvaise presse: une sociologie compréhensive du travail journalistique et de ses critiques, Paris, Métailié, 2000.

Pour Asano Ken.ichi, le problème de la couverture des affaires policières par les médias japonais est précisément leurs difficultés à garder « l’initiative » de l’information. En raison de l’intérêt certain de la population pour ce genre d’événement, les médias institutionnels (presse quotidienne et télévision principalement) ont tendance à reprendre l’information des annonces, sans toujours accorder suffisamment de temps à une enquête de complément. De plus, cette tendance à accorder trop de valeurs aux sources policières est renforcée par le contexte de travail dans les fameux « clubs de presse » (Kisha Kurabu), des regroupements de journalistes présents au sein même de l’institution source et où reporter et chargé de communication se côtoient quotidiennement (voir César Castellvi, Le dernier empire de la presse : une sociologie du journalisme au Japon, Paris, CNRS Éditions, 2022). 

Le dernier empire de la presse : une sociologie du journalisme au Japon, Paris, CNRS Éditions, 2022

Par ailleurs, le travail de journaliste fait-diversier au Japon consiste souvent en une course contre la montre afin d’obtenir le plus rapidement possible une annonce d’arrestation imminente de la part de la police (voir mon analyse de la couverture journalistique de l’arrestation de Carlos Ghosn : http://www.gis-reseau-asie.org/fr/ce-que-la-couverture-mediatique-de-larrestation-de-carlos-ghosn-nous-apprend-des-pratiques). 

Pris ensemble, ces éléments — dépendance aux annonces policières ; entre-soi renforcé avec les sources ; compétition pour la course aux scoops — peuvent concourir à l’émergence de cas de « enzai » sans qu’il y ait eu nécessaire une volonté de nuire à autrui au départ. 

L’affaire de l’attentat au gaz sarin de Matsumoto comme cas emblématique 

Un cas emblématique d’affaire de « enzai » au cours de laquelle les médias ont joué un rôle central et celui de l’affaire de l’attentat au gaz sarin de la ville de Matsumoto, dans le département de Nagano (généralement appelé Matsumoto Sarin Jiken 松本サリン事件). 

En juin 1994, du gaz sarin est lâché en pleine soirée dans un quartier résidentiel de la ville de Matsumoto (on apprendra presque un an plus tard qu’il s’agissait déjà de la secte Aum, tristement connue pour avoir commis de nombreux meurtres, y compris dans le cadre d’un autre attentat au gaz sarin dans le métro de Tokyo en mars 1995). Plusieurs personnes sont touchées, dont sept qui décèdent directement des suites de l’empoisonnement. Au cours de ses investigations, la police japonaise a fait de l’une des victimes de l’attaque, son principal suspect. Kōno Yoshiyuki était un salarié qui détenait à ce moment chez lui des produits chimiques destinés au jardinage. Même s’il a été rapidement prouvé que ces produits ne pouvaient pas service à produire du sarin et qu’ils n’étaient donc pas à l’origine de l’attaque, la police a continué d’entretenir le flou sur la situation, maintenant un discours de suspicion dans le cadre de ses conférences de presse. Les médias japonais ont rapidement fait de Kōno le suspect numéro un, à travers des articles de presse et des bulletins d’information à son sujet. La transformation en « coupable idéal » a rapidement eu des effets sur Kōno et sa famille, ce dernier ayant également fait les frais de tentative d’intimidation de la part de la police pendant sa garde à vue (ces événements sont décrits en détail dans le film 日本の黒い夏, sorti en 2001). Les suspicions et les intimidations de la part d’une partie de la population vont les poursuivre jusqu’à que la secte Aum soit reconnue comme coupable de cet attentat, presque qu’un an après les faits. 

Affiche du film 『日本の黒い夏』, sorti en 2001

À la suite de la campagne des médias d’information, la violence des réactions de la population pousse à se demander quelles auraient été les conséquences sur Kōno et sa famille si l’affaire de l’attentat au gaz sarin avait eu lieu à l’ère d’Internet et des réseaux sociaux. 

Les médias comme moyen de dénoncer les affaires de « enzai » 

À l’inverse, une partie du travail de nombreux médias consiste précisément à dénoncer ce type d’affaires, notamment lorsque celles-ci trouvent clairement leur origine dans des malversations policières. Parmi les exemples récents, on peut par exemple citer le cas de l’affaire d’Ashikaga (Ashikaga jiken 足利事件), qui a marqué le Japon du début des années 1990. À la suite de la mort par noyade d’un enfant de quatre ans, le principal suspect arrêté par la police a été condamné en 1991 à une peine de prison à vie. Des investigations menées par un groupe de journaliste de la chaîne Nihon TV en 2007 ont permis de relancer l’affaire et de prouver que les résultats du test ADN utilisé à l’époque pour inculper le suspect de l’affaire étaient erronés, débouchant ainsi sur sa libération quelques années plus tard. 

Dans le même esprit, les investigations menées par les journalistes du quotidien Asahi Shimbun ont permis d’éclairer un autre cas de « enzai » remontant au début des années 2000 dans laquelle un homme politique locale avait été contraint à des aveux forcés par la police locale dans le cadre d’une affaire de fraude électorale (il s’agit de l’affaire de Shifushi dans le département de Kagoshima – Shifushi jiken 志布志事件). 

Bibliographie et filmographie

Pour les personnes qui souhaitent en savoir plus, vous trouverez plus d’information, voici une liste de références bibliographiques et filmographiques pour en savoir plus sur les cas de « enzai » au Japon :

Livres

浅野健一, 『犯罪報道の犯罪』東京, 新風舎, 2004.

浅野健一, 『メディア「凶乱」 : メディア·フレンジー : 報道加害と冤罪の構造を撃つ』, 社会評論社, 2007.

Castellvi César, Le dernier empire de la presse : une sociologie du journalisme au Japon, Paris, CNRS Éditions, 2022.

Dufour François, Les 100 mots du journalisme, Paris, PUF, 2018

梓沢和幸, 『報道被害』, 東京, 岩波書店, 2007.

Larcours Laurence, Le bûcher des innocents, Paris, Les Arènes, 1993.

Lemieux Cyril, Mauvaise presse: une sociologie compréhensive du travail journalistique et de ses critiques, Paris, Métailié, 2000.

清水真, « 冤罪 », in 『現代ジャーナリズム事典』, 武田徹, 藤田真文 et 山田健太 (éds.), 東京, 三省堂, 2014.

田中伸尚, 『大逆事件 — — 死と生の群像』, 東京, 岩波書店, 2018.

Films

熊井啓, 『日本の黒い夏』, 日活, 2001.

池田博穂, 『つくられる自白 志布志の悲劇』,日本弁護士連合会, 2008. 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
César Castellvi (18 juillet 2022). “Enzai 冤罪”, les “fausses accusations” et le monde médiatique japonais. Médias et espace public dans le Japon contemporain. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rbes


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search