Intervention recherche / Conférence à la Maison Franco-japonaise de Tokyo

J’ai eu récemment l’occasion de donner une conférence sur mes recherches à la Maison Franco-japonaise de Tokyo. La conférence a eu lieu le jeudi 19 janvier 2023. Pour les quelques personnes que cela pourrait intéresser et qui n’ont pas pu y assister, voici le verbatim de la conférence en français, accompagné de quelques illustrations.

Les salariés de l’information au Japon : une enquête par immersion au sein du dernier empire de la presse

C’est un immense honneur que d’être devant vous aujourd’hui pour cette conférence. Ce moment est triplement important pour moi. Premièrement, il marque le retour à une forme d’échange académique non plus en ligne, mais en direct, après bientôt trois années de difficultés liées à la crise sanitaire du COVID-19. 

Deuxièmement, alors que le travail de recherche que je vais vous présenter s’est terminé il y a un peu plus de quatre ans maintenant, il s’agit de la première présentation que je donne au Japon devant un public japonais qui ne se limite pas à la communauté académique. Sortir du confort que procure l’intimité universitaire est toujours un challenge, mais aussi un moment de partage et de discussion des plus passionnants. 

Troisièmement, et c’est sans doute le plus important, je parle pour la première en présence de plusieurs personnes, assises parmi vous, qui sont précisément des acteurs et des actrices issues du monde que je me suis évertué à étudier. Pour le sociologue que je suis, il s’agit en quelque sorte du premier « rendu aux enquêtés » que je dois à toutes les personnes qui ont accepté de m’aider dans mon travail, de partager avec moi leurs expériences, ou encore de déverrouiller des portes que beaucoup pensaient impossibles à ouvrir. Ce « retour aux enquêtés » est à la fois un plaisir et une épreuve. 

Entrons dans le vif du sujet. Afin de couper court à des attentes et de ne pas générer trop de déception, je commencerai par expliquer ce que cette recherche n’est pas. Cette recherche n’est pas une analyse sur les relations entre journalistes et monde politique. Il ne s’agit pas non plus d’une enquête sur la façon dont les médias surveillent le pouvoir, ou sur le rôle des médias en démocratie. Il ne s’agit pas d’un travail visant à juger ce qu’est le « bon ou le mauvais journalisme », ou à justifier la position du Japon dans le classement sur la liberté d’information de Reporter sans frontière. Tous ces thèmes sont bien sûr importants, mais beaucoup de choses ont déjà été écrites sur le sujet et ça n’est pas directement là-dessus que s’est porté mon regard. 

Ce que je vais vous présenter aujourd’hui, c’est une réflexion personnelle, non pas sur « le journalisme », mais sur « les journalistes ». Il s’agit d’une analyse sociologique sur les personnes qui, au sein de la société japonaise, ont pour occupation principale la production de l’information (au sens d’actualité), ces informations que vous et moi consommons dans notre vie de tous les jours. À l’intérieur de ce groupe de personnes aux frontières difficilement saisissable, j’ai fait le choix de me concentrer sur la partie la plus centrale : les journalistes travaillant pour la presse quotidienne. 

Une énigme à résoudre

La raison principale qui m’a conduit à me lancer dans une recherche sur les journalistes de la presse quotidienne japonaise est liée à un paradoxe dont j’ai longtemps eu du mal à saisir les implications. En tant qu’étudiant en « études japonaises » cherchant à mieux saisir le fonctionnement du Japon et de sa société, je commençais à la fin des années 2000 par découvrir avec étonnement la puissance et la place que tenaient les grands journaux. En tête de tous les classements, ces véritables institutions étaient sans comparaison avec la presse écrite de mon pays, certes importante politiquement, mais à mon sens moins présente dans la vie quotidienne. Des tirages par millions, une présence physique aussi bien dans les zones résidentielles des villes moyennes que dans le cœur de la capitale, des sièges sociaux dont la présence est indiquée dans les stations de métro… Il ne faisait aucun doute que les journaux japonais avaient quelque chose de spécial.

Dans l’objectif de mieux comprendre ce monde qui me fascinait, je me suis tourné vers la sociologie du travail et des professions, un domaine d’étude particulièrement développé en France. Sans m’en rendre compte, je faisais un choix qui allait jouer un rôle central dans la construction de ma recherche. La formation disciplinaire que j’ai reçue me commandait d’aller étudier les écoles professionnelles qui forment les membres du groupe, les institutions qui contribuent à forger son identité et socialiser ses membres, les associations et les syndicats censés représenter les professionnels devant l’État ou devant les employeurs. En France, toutes ces éléments existent et ce sont par eux que les journalistes sont reconnus en tant que tels dans la société, indépendamment de l’entreprise pour lesquels ils travaillent.

Je commençais donc mes recherches, il y a presque 11 ans jour pour jour. Le constat fut rapide. Je ne trouvais rien qui correspondait vraiment à ce que je cherchais : pas d’école professionnelle. Pas de carte de presse. Pas de forme de reconnaissance commune à l’ensemble des membres. Un syndicat, une grande organisation patronale, certes, mais qui ne représentaient pas spécifiquement les journalistes. Pas de relation directe entre les journalistes et l’État.

Pourtant, les journalistes existaient bel et bien, et je le savais d’autant plus que je commençais à en rencontrer certains. Mais une série de questions restaient sans réponse : qui choisit les journalistes ? Qui les formes ? Comment sont-ils reconnus par la société ? Comment négocient-ils le droit d’effectuer leur travail et d’approcher le pouvoir économique ou politique ? Comment se protègent-ils d’autres groupes qui voudraient faire le même travail ? Je me retrouvais face à un paradoxe. Comment expliquer que l’on puisse avoir, d’un côté, les journaux les plus puissants du monde, et que de l’autre côté, que l’on n’identifie pas un groupe professionnel au moins aussi visible ? Je tenais l’énigme centrale de l’ensemble de ma thèse.

Pour être honnête, une partie de la réponse fut assez facile à identifier. Il faut même reconnaître que pour une personne vivant au Japon ou travaillant dans le milieu des médias, elle va presque de soi. La clé de l’énigme se trouvait évidemment dans le rôle tenu par les entreprises de presse qui éditent les journaux. Je n’apprendrai à personne l’importance qu’ont historiquement jouée les normes de l’emploi sur le long terme, la promotion à l’ancienneté ou le recrutement groupé des diplômés de l’université. Ces caractéristiques concernent bien entendu la presse, en particulier les quotidiens nationaux qui sont tous des organisations dont les effectifs se comptent en milliers. Mais une fois ce constat effectué, a-t-on vraiment tout dit ? Contrairement à un adage souvent entendu au Japon, j’avais le sentiment que « les journalistes n’étaient pas des salariés comme les autres ».  

Une méthode

Le cœur de mon enquête a donc consisté à réfléchir à ce rôle que tient l’entreprise dans toute l’organisation de l’activité journalistique. Mais comment procéder ? Ici aussi, mon encrage dans une certaine « tradition française » de l’étude sociologique des groupes professionnels m’a amené à faire des choix méthodologiques originaux. Autre surprise : hormis les productions passionnantes des historiens des médias japonais, j’ai constaté que relativement peu de travaux s’étaient emparés des journalistes en adoptant un regard sociologique. 

Comme première source d’information, j’ai donc commencé par réaliser des entretiens avec les acteurs de ce monde. À ce propos, l’expérience s’est avérée tout à fait intéressante. Si le cœur de ce travail repose effectivement sur plus de 70 entretiens effectués suivant les règles instituées par les sciences sociales, j’ai en réalité croisé un nombre beaucoup plus important de personnes qui ont accepté de partager avec moi leur savoir, leurs vécus, et le regard qu’elles portent sur leur profession. C’était sans doute le meilleur moyen pour appréhender ce qui singularise l’organisation des carrières des journalistes dans la presse quotidienne japonaise.

Retranscrire et analyser ces entretiens a représenté pour moi un travail considérable. La thèse aurait pu se limiter à cela, si une incroyable opportunité ne s’était pas présentée à moi. Florent Champy, mon directeur de thèse, m’avait dès le départ poussé à tenter de m’intégrer dans une rédaction pour essayer d’y réaliser des observations. S’il s’agit d’une méthode d’enquête courante en sociologie, elle semblait impossible à mener dans un monde professionnel que les journalistes japonais qualifient souvent eux-mêmes de « fermé ». J’avais peu d’espoir que les choses fonctionnent.

Le hasard des rencontres et la bienveillance de plusieurs personnes qui n’avait pourtant rien à gagner à m’aider m’ont ouvert les portes d’un quotidien connu de tous au Japon, l’Asahi Shinbun. En me donnant une petite place auprès d’eux, d’abord à Paris puis à Tokyo, ils m’ont permis d’étudier de l’intérieur et de mieux comprendre, ce que l’on m’expliquait lors de mes entretiens. Je ne m’étendrai pas sur l’expérience humaine extraordinaire qu’ont été ces deux années passer dans les couloirs de ce journal. Je me limiterai simplement à mentionner l’importance qu’a eue pour moi le fait de pouvoir observer de façon régulière une petite partie de cette grande organisation.

La logique organisationnelle du journalisme japonais

宮本三郎, 「編集局風景」, 1974 (Asahi Shimbun private collection)

J’en arrive enfin au premier grand résultat de ma thèse : l’analyse de ce que j’ai appelé, la logique organisationnelle (組織的論理) du journalisme de presse japonais. Cette notion de logique organisationnelle désigne simplement la cohérence qui existe entre plusieurs domaines de compétences dans lesquels l’entreprise joue toujours un rôle central : la sélection, la socialisation, l’organisation des carrières, la protection de la concurrence et la gestion « réputationnelle » des membres du groupe (c.-à-d. des journalistes). 

Je commencerai par revenir rapidement sur les trois premiers points, qui sont les plus manifestes lorsque l’on connaît le système d’emploi japonais. On pourrait résumer les choses par la formule suivante : « entrer dans la profession, c’est réussir un concours d’entreprise ». Cela peut paraître évident, mais cette logique ne va pas de soi dès lors que l’on s’intéresse au journalisme en France. Elle est pourtant centrale au Japon dans la mesure où, même pour les journalistes freelances, il est difficile d’envisager une carrière qui ne débute pas par une affiliation à un journal ou une chaîne de télévision. 

L’absence de lieu de formation en dehors des entreprises explique en partie l’importance que revêt le passage d’un concours d’entrée à une entreprise de presse pour entrer dans la profession. L’apprentissage concret du métier est de fait une tâche qui intervient non pas avant, mais après l’entrée dans l’entreprise. Même si le niveau d’abstraction et la durée de ces formations diffèrent en fonction des entreprises et ont beaucoup évolué avec le temps, l’apprentissage sur le tas (généralement appelé on the job training) est largement privilégié avec près de 85% des entreprises de presse ayant recours à cette méthode. 

La socialisation d’entreprise joue donc un rôle primordial. L’affectation dans les bureaux locaux constituant le réseau d’information des journaux est une expérience singulière partagée par la plupart des journalistes. L’apprentissage du travail par la couverture des faits divers, des élections régionales et des catastrophes naturelles sont des passages quasi obligés, que l’on travaille pour un quotidien national ou régional. Ce dernier point a des conséquences importantes. En effet, il rappelle que la socialisation professionnelle ne se limite pas totalement à l’entreprise. Dès leurs premières années, les jeunes journalistes travaillent et apprennent ensemble. Au cours de cette période, la rivalité de la course aux scoops d’une part, et la solidarité face aux lieux à couvrir d’autre part, constituent bien les deux faces d’une même médaille. 

Dans la logique organisationnelle, l’entreprise est aussi au centre de la gestion des carrières. À la différence de pays comme la France ou les États-Unis, où les parcours de journalistes sont en général ponctués de plusieurs mobilités professionnelles qui vont symboliser leur ascension, les carrières dans la presse japonaise se sont jusqu’à présent effectuées au sein du marché interne des entreprises (内部労働市場).  Ici aussi, mes propos ne surprendront sans doute pas le public japonais. En réalité, ces normes existent aussi en France, notamment dans des entreprises comme l’Agence France-Presse ou l’audiovisuel public.

Mais dans le cas japonais, c’est la présence systématique de ce mode de fonctionnement et le fait qu’il soit devenu la norme tout au long du XXe siècle qui me paraît original. Je ne développerai pas davantage la description des carrières internes, largement connue d’une grande partie du public. Mais je vous avouerai que l’observation de ce monde professionnel, de sa culture et de ses rituels, observation que j’ai pu effectuer en étant à l’Asahi Shinbun, m’a personnellement passionné, d’où la place que je lui ai accordée dans mon travail de thèse.

L’entreprise et sa présence dans le rapport aux sources

Je voudrais maintenant détailler deux éléments essentiels pour comprendre en quoi la logique organisationnelle ne s’arrête pas aux normes du système d’emploi japonais : la relation avec les sources journalistiques et l’auctorialité des informations publiées. Sur ces deux éléments, il me semble que les entreprises de presse jouent un rôle central et tout à fait original. Commençons par la question des relations aux sources. 

Concrètement, il s’agit ici d’une analyse de la place que tient le fameux système des clubs de presse, si souvent décrié. Beaucoup de recherches ont été publiées sur ces clubs. Pour certains, ils sont un symbole des limites de la liberté d’expression au Japon. Pour d’autres, ils ne sont pas différents d’autres associations de journalistes que l’on retrouve à l’étranger, dans des lieux comme la Maison-Blanche à Washington, le palais de l’É1ysée à Paris ou la Commission européenne à Bruxelles.

Ce qui m’a personnellement intéressé, c’est la cohérence qui existe entre ces clubs et la logique organisationnelle au cœur de mon étude. Pour le sociologue des professions que je suis, le système des clubs de presse est avant tout un mode de monopolisation de la matière première de l’industrie de l’information : les nouvelles institutionnelles (c.-à-d. les annonces des administrations, des grandes entreprises, et de toutes principales institutions de la société). Plus que le fait de se « déclarer journaliste », c’est le statut de salarié d’une entreprise de presse ou d’une chaîne de télévision qui donne l’accès privilégié à un club (en tout cas, aux plus importants d’entre eux). 

Mais surtout, ce système des clubs est d’une grande cohérence avec l’organisation des carrières internes aux entreprises. Comme beaucoup d’entre vous le savent, les carrières des journalistes, à l’instar des salariés des grandes entreprises, sont marquées par une très forte rotation des postes. À intervalles réguliers, les reporters changent d’équipe, de département ou de lieu de travail. Lors des entretiens, j’ai remarqué que bon nombre d’entre eux vivaient difficilement le fait d’avoir si souvent à changer de position, mentionnant l’impact que cela avait sur les relations avec leurs sources. De façon intéressante, ces informateurs aussi évoquent cette difficulté d’avoir à recréer des liens avec des visages qui changent régulièrement. Je reste marqué par une discussion avec le fonctionnaire d’un ministère qui me confiait être fatigué de devoir toujours réexpliquer la même chose aux jeunes journalistes nouvellement affectés par leurs entreprises. 

Il faut garder à l’esprit que pour les journalistes de tous les pays, la constitution d’un « réseau de sources » est en réalité un capital social dont dépend leur position dans le champ professionnel. Or, dans le cas japonais, la grande mobilité liée à l’organisation des carrières était souvent un frein au maintien de ce réseau. C’est précisément sur ce point que les clubs interviennent. Selon moi, la fonction latente de ces clubs est ainsi de pourvoir chaque journaliste nouvellement affecté à une zone ou un domaine qu’il ne connaît pas, par un accès minimum, rapide (je dirais même « clé en main ») à une institution source. 

Passer par un club limite en partie le lourd travail de reconstruction de connexion interpersonnelle lui permettant de faire son travail de récupération des informations. On voit ici la cohérence qui existe entre un modèle managérial généraliste, fondé sur la polyvalence des salariés et la redistribution régulière des positions dans l’organisation (typique du modèle d’emploi japonais et qui ne se limite pas à la presse) d’un côté, et le système d’affectation aux clubs de presse des journalistes salariés, qui a pour mérite d’atténuer certains des effets pervers de ce mode de management. À cela, il convient d’ajouter une deuxième fonction latente qui est celle de lieu de formation et de socialisation pour les jeunes journalistes en début de carrière, qui se retrouvent très souvent entre eux et apprennent le travail ensemble, indistinctement de l’entreprise pour laquelle ils travaillent. 

Cet accès privilégié des journalistes salariés à la « matière première » de l’information ne se fait pas sans contrepartie. Dans la mesure où les affectations d’un journaliste à un club relèvent de décisions hiérarchiques, un accès à un club et donc à des sources potentielles peut tout autant se fermer à la suite d’un changement de poste. C’est ce qui me conduit à dire que l’accès aux sources est en réalité un monopole dont disposent les entreprises de presse, plus que les journalistes eux-mêmes. Ces derniers sont d’ailleurs particulièrement conscients du fait qu’ils doivent leur accès au pouvoir surtout grâce à l’entreprise qu’ils représentent. Toutefois, il serait faux de croire que cette logique est totalement absente en France. En France aussi, être salariés du Monde ou au Figaro n’ouvre pas les mêmes portes que lorsqu’on est Freelance. Pour le moment, retenons que ces fameux clubs de presse peuvent être vus comme le symbole de la presse de l’entreprise dans la relation entre les journalistes et leurs sources.

Le nom du journal comme signature, ou l’anonymat des journalistes

J’en arrive au deuxième élément qui caractérise la place de l’entreprise dans le journalisme de presse japonais au-delà du modèle d’emploi : l’auctorialité des articles. Pour un lecteur habitué à lire la presse en France, la signature du journaliste (en ligne comme sur le papier) est un allant de soi ancien. Cette pratique est en réalité le fruit d’une longue histoire qui est loin de se limiter aux origines littéraires de la profession. Au Japon, malgré des différences notables en fonction des rédactions et des transformations sur lesquelles je reviendrai, l’anonymat des articles de presse continue d’être une norme partagée par de nombreuses publications. Le nom du journal prime sur celui des personnes qui le fabrique et joue le rôle de marque de confiance. 

Les liens entre l’anonymat des rédacteurs et la recherche d’une forme « d’objectivité journalistique » font partie des arguments que j’ai beaucoup entendus en premier lieu pour justifier cette situation. Pourtant, si la norme de « l’objectivité » est partagée, elle n’a pas empêché la généralisation de la signature individuelle dans les cultures journalistiques de bien autres pays. 

Comment expliquer que l’anonymat des articles continue d’être suivi au Japon ? Le fait que cette norme perdure ici alors qu’elle a été abandonnée plus rapidement ailleurs est encore une fois lié à la force de la logique organisationnelle. Mon enquête m’a permis de relever trois raisons : la première est la dimension collective du travail. Afficher la signature d’une ou de deux journalistes ne va pas de soi lorsque l’on sait que de très nombreuses personnes ont en réalité collaboré : les éditeurs, les secrétaires des rédactions, pour ne situer que les personnes les plus directement impliquées. Une deuxième raison est à mettre en relation avec la division du travail dans les clubs de presse. La protection des informateurs potentiels est un véritable enjeu pour des journalistes. Ne pas publier le nom des auteurs d’un article est ainsi vu comme un moyen de brouiller les pistes et d’éviter à un informateur d’être poursuivi repéré par sa hiérarchie.

La troisième raison est étroitement liée à l’organisation des carrières. Que cela soit dans le monde littéraire, scientifique ou journalistique, la signature individuelle est indissociable de la construction d’un capital réputationnel. De ce capital dépend la capacité d’une personne à se placer dans un marché du travail concurrentiel. Mais dans le cas de carrières qui se déroulent dans l’entreprise et qui préservent déjà contre la concurrence extérieure, la construction d’un capital réputationnel n’est pas une nécessité. Prises ensemble, ces trois raisons permettent de comprendre pourquoi la signature des articles continue parfois d’être perçue par certains comme une coquetterie inutile, voire gênante. 

À mi-chemin de cette présentation, je m’autorise à récapituler rapidement ce qui a été vu : la réponse à l’énigme de départ de la thèse – l’absence apparente d’institutionnalisation du journalisme en profession au Japon – s’explique par le rôle structurant joué par les entreprises. Ces dernières sélectionnent les journalistes, les forment, gèrent les carrières, protègent de la concurrence, donnent accès aux sources (donc à la matière première), et signent de leurs noms les articles qui sont publiés dans les pages du journal qu’elles éditent. Pris ensemble, ce sont tous ces éléments qui constituent la logique organisationnelle du journalisme japonais. Cette logique est concomitante de la période de stabilité qui a caractérisé l’industrie de presse des années 1960 au milieu des années 2000, une stabilité dont ont largement bénéficié les journalistes.

Les bouleversements de la logique organisationnelle

L’énigme ayant été en partie résolue, ma recherche aurait pu s’arrêter là. Mais cela aurait voulu dire ne pas tenir compte de transformations qui commençaient peu à peu à se faire sentir au milieu des années 2010 et qui se sont renforcées depuis. Je vais consacrer la deuxième partie de cette présentation aux évolutions plus récentes de la logique organisationnelle et à certaines de ces conséquences.

Lorsque l’industrie de la presse est évoquée dans l’actualité, les nouvelles sont rarement réjouissantes. Il y a quelques jours, une émission spéciale de la chaîne en ligne Abema était consacrée au phénomène du shinbun banare, un terme qui désigne généralement la disparition progressive du lectorat traditionnel de la presse papier. Si le thème est déjà connu, cette émission avait pour originalité d’évoquer une autre forme de shinbun banare : la fuite des journalistes qui quittent leur entreprise. Le thème intéresse et inquiète.

Avant d’aller plus loin, il me faut dire un mot sur les deux grands mouvements à l’œuvre pour comprendre la situation. Le premier est bien sûr celui des transformations du rapport des Japonais à l’information. Je commencerai par rappeler un fait qui n’est vraiment plus un scoop : les Japonais ne lisent plus les journaux papier. Ou du moins, si une partie âgée de la population continue de leur faire, la transition générationnelle n’a pas eu lieu. Il y aurait beaucoup à dire sur la digitalisation du monde de l’information depuis une dizaine d’années, sur le nouveau rôle des réseaux sociaux, sur l’emprise impressionnante de Yahoo sur le marché éditorial, ou encore sur l’émergence de nouveaux acteurs qui tentent de se tailler une part du gâteau.

Mais je suis obligé de me limiter au thème qui nous intéresse, les journalistes. Retenons pour le moment que la transition numérique tardive de nombreux quotidiens les met dans une situation très difficile. Elle a des conséquences sur les conditions de travail dans les rédactions, et sur l’attractivité même des entreprises de presse. Elle pousse également ces dernières à innover toujours plus pour essayer de rattraper le retard accumulé.

Au-delà du cas spécifique de l’industrie de l’information, un autre mouvement est à l’œuvre : il s’agit des évolutions plus larges qu’a connues le marché du travail japonais depuis les années 1990. Parmi ces évolutions, celles qui nous intéressent ici sont la raréfaction de la main-d’œuvre qualifiée consécutive de la diminution de la population, la stagnation des salaires liée aux difficultés économiques, la féminisation progressive des positions de salariés réguliers dans les grandes entreprises et les défis qu’elle pose au modèle d’emploi japonais, implicitement centré sur le travail masculin. 

Mon propos ici est donc que ces deux grands mouvements contribuent à modifier la logique organisationnelle du journalisme japonais. Je m’attarderai sur deux thèmes que j’ai analysés dans ma thèse : la crise des vocations des journalistes, et les effets de la mise en visibilité du travail journalistique dans certaines rédactions.

Exemples d’articles consacrés aux difficultés du travail dans la presse japonaise

Dans mes discussions avec des responsables de recrutement au début des années 2010, ces derniers faisaient systématiquement référence à leurs difficultés de recruter des jeunes. Aujourd’hui encore, les diplômés de formations universitaires généralistes constituent le profil de base des journalistes salariés de la presse écrite. Mais le constat était clair : entre les années 1990 et 2010, le nombre de candidats à une position de journaliste dans la presse a diminué de moitié. La situation est telle que même les quotidiens les plus prestigieux sont touchés par ce phénomène. 

Dans un premier temps, la question de la crise des vocations a été pour moi un paradoxe. Pour une personne familière de la situation dans la presse française, les journaux japonais semblent pourtant être les derniers survivants d’un âge d’or qui s’est terminé il y a bien plus longtemps au pays d’Albert Camus : embauche en CDI sans expérience préalable dans le journaliste, pas besoin de passer par des années de pige et de contrats précaires (48% des nouveaux journalistes français commencent en tant que pigistes), salaires stables et comparativement élevés. Que demander de plus ? Pour comprendre, il m’a fallu accepter que tout ne se limitait pas une question de salaire et de stabilité d’emploi.

Les conditions de travail, et notamment la possibilité d’articuler un minimum vie professionnelle et vie privée sont devenues un élément beaucoup plus central qu’il ne l’était auparavant. Vue sous cet angle, force est de constater que les carrières dans la presse japonaise sont difficiles. Elles cumulent en fait deux traits qui constituent un cocktail particulièrement toxique. 

Commençons par ce qui relève du contenu du travail. Peu importe le contexte national dans lequel on se trouve, l’un des problèmes fondamentaux de l’actualité est son imprévisibilité. C’est même ce qui la caractérise. Même si les entreprises de presse et les chaînes de télévision s’efforcent d’être des machines « à routiniser l’imprévisible », rien n’y fait : on ne peut pas totalement prévoir un incendie, un accident de bus, un tremblement de terre ou un attentat. On ne peut savoir ni où, ni quand, ni comment. Un événement à couvrir peut avoir lieu n’importe où, à n’importe quel moment. Cette particularité demande un investissement particulièrement fort pour les plus jeunes reporters qui sont largement sollicitées en début de carrières.

Le deuxième ingrédient de ce cocktail toxique est la forte mobilité géographique qui ponctue de nombreuses carrières, en particulier dans les quotidiens nationaux. Parmi les personnes rencontrées pendant mon terrain, le record revient à un journaliste qui m’a confié avoir déménagé 17 fois. Ces mobilités, qui accompagnent souvent la vie des salariés des grandes organisations, ont des effets non négligeables sur les journalistes eux-mêmes, mais aussi sur leur entourage. Cumuler à l’extension des horaires propre à un travail « imprévisible », les effets sont identifiés depuis longtemps : difficultés familiales, dépressions, maladie… pour résumer, du mal-être.

Ici, les expériences sont très inégales et ne sont pas vécues de la même façon en fonction des personnes. Indéniablement, la féminisation croissante des effectifs de journaliste a contribué depuis à une plus grande prise de conscience du problème. Il faut à ce titre rappeler qu’entre 1985 et 2020, les femmes sont passées d’à peine 5% à plus de 20% de l’ensemble des journalistes. Depuis une dizaine d’années, elles représentent aussi environ la moitié des nouveaux recrutements. 

À ce phénomène, s’en ajoute un nouveau qui n’était sans doute pas encore aussi fort au moment où je menais mon travail de terrain (entre 2013 et 2017). Sous les effets des transformations de pratiques d’accès à l’information, les difficultés des entreprises de presse sont telles que les leviers du salaire élevé et de la stabilité de l’emploi, des moyens qui ont longtemps permis aux grands quotidiens de faire accepter des conditions de travail difficile à leurs journalistes, ne sont aujourd’hui plus disponibles. Si l’on y ajoute la faible familiarité vis-à-vis de la presse d’une génération qui n’est presque jamais eu de journal papier entre les mains, la situation se complique encore plus. Les entreprises de presse n’ont d’autre possibilité que de revoir toute l’organisation de leur modèle de carrière.

La mise en visibilité des journalistes au travail et ses effets

J’en viens enfin à la présentation du deuxième indice depuis lequel j’ai essayé de réfléchir aux évolutions en cours de la logique organisationnelle : le développement de la visibilité individuelle des journalistes

La signature des articles se développement au Japon à compter de la deuxième partie des années 1990, d’abord à l’initiative de la presse locale (au Tokachi Mainichi Shinbun en 1995) puis surtout du Mainichi Shinbun, premier quotidien national à proclamer la généralisation de la signature en 1996. D’autres quotidiens régionaux et nationaux vont ensuite suivre un cheminement similaire au cours de la décennie suivante, notamment l’Asahi Shinbun à partir de 2005. Cette pratique a ensuite poursuivi son développement, mais à des niveaux très inégaux en fonction des publications. Encore aujourd’hui, certains quotidiens nationaux continuent de privilégier l’anonymat de principe, limitant la signature aux articles d’opinion ou aux analyses de fond.  

Comment ce basculement s’est-il accompli ?  Si chaque journal à son histoire, il existe des circonstances plus générales qui ont contribué à cette évolution. Les années 1990 ont été marquées par une série de scandales et la montée de la critique des médias, notamment dans le cadre de la couverture médiatique de l’affaire de la secte Aum. En forte concurrence avec la télévision, la presse écrite se met alors en recherche de moyen de restaurer une confiance écornée, en développant de nouvelle stratégie éditoriale. L’adoption de la signature était alors vue à la fois comme un moyen de responsabiliser les journalistes, et comme un nouveau lien avec les lecteurs.

Sur le plan du développement économique, cette période est aussi celle du pic de diffusion papier atteint en 1997, annonçant ainsi la saturation du marché et le début d’un déclin progressif. De ce point de vue, la signature est envisagée comme un moyen de « rassembler des fans » autour de certaines plumes. C’est une logique qui se retrouve aujourd’hui dans l’utilisation que certaines entreprises de presse font des réseaux sociaux et d’Internet. À cela s’ajoutent bien sûr des contextes propres à chaque rédaction : il pouvait s’agir aussi bien d’une demande interne d’élargissement d’une pratique jusqu’alors réservé à l’élite, ou d’une réponse apportée par la direction d’une rédaction après un scandale ayant entaché un journal.

Voyons en quoi cette innovation éditoriale participe à modifier la logique organisationnelle en nous attardant sur deux effets : premièrement, elle contribue à mettre sur le devant de la scène les reporters rédacteurs, par rapport aux autres positions de la rédaction. Il s’agit de fait d’une forme d’éloignement de la vision collective du travail qui allait de soi dans la logique organisationnelle. Elle n’est pas sans créer quelques frustrations, surtout de la part de journalistes directement impliqués dans le processus éditorial, mais presque jamais cités (les éditeurs adjoints, ou les secrétaires de rédaction). Plus de quinze années après l’adoption de cette pratique, j’étais surpris de rencontrer des journalistes toujours mal à l’aise à l’idée de signer des papiers de leur nom alors que beaucoup d’autres personnes avaient été impliquées dans un reportage ou une enquête. 

Mais à travers la mise en visibilité des reporters et de leur production, l’élément qui à mon sens est le plus important concerne les effets sur la réputation des journalistes. Tant que les journalistes étaient invisibles dans les pages des journaux, les entreprises gardaient une forme de contrôle sur la réputation de leurs salariés (sans empêcher bien sûr totalement la construction de réputations par bouche-à-oreille). Comme ont pu l’attester certains témoignages reçus pendant mon terrain, ce phénomène avait déjà pu avoir quelques conséquences dans le cadre de projets de mobilité professionnelle de journalistes passants d’un journal à un autre. La renommée acquise par la publication d’articles signés ou encore la réception d’un prix prestigieux avait permis à certains de faire ce que l’on appellerait des « mobilités ascendantes », passant d’un média à un autre en améliorant leur position dans le champ journalistique (en passant par exemple d’un quotidien régional à un quotidien national). En réalité, un certain degré de mobilité professionnelle a toujours existé dans la presse japonaise. Mais dans un contexte d’affaiblissement des entreprises, mon hypothèse était alors que la mise en visibilité par la signature ou par les réseaux sociaux allait sans doute renforcer la tendance de journalistes qui passent d’un média à l’autre.

Pour ne pas conclure

C’est sur cette réflexion que je terminais ma recherche en 2018. En résumé, la logique organisationnelle qui a structuré pendant toutes ces années le journalisme japonais est en train de s’affaiblir. Les entreprises de presse ont du mal à susciter des vocations, elles ne peuvent plus correctement former leurs nouveaux recrutés ni leur assurer un avenir stable comme autrefois. À cela s’ajoute aujourd’hui un thème que je n’ai pas évoqué aujourd’hui, celui des journalistes en fin de carrière dont la gestion est un sujet particulierement délicat, comme en atteste les vagues de départ anticipé qui touchent de plus en plus de journaux. La question qui en découle est assez logique : qu’est-ce qui va remplacer la logique organisationnelle ?

Je ne vous apprendrai rien en vous disant que la situation de l’industrie de la presse écrite ne s’est pas améliorée. À la suite de la pandémie, elle s’est même dégradée sans doute encore plus rapidement. Du point de vue des journalistes, cette situation a largement renforcé le sentiment d’incertitude. L’apparition de plusieurs nouveaux médias en ligne qui a marqué l’industrie médiatique au milieu des années 2010 a dans un premier temps suscité de l’espoir. 

À l’époque, on voyait se multiplier les cas de départs de journalistes issus de la presse quotidienne, ces derniers devenant les pionniers d’un pan en développement de l’industrie de l’information. Presque dix ans se sont écoulés depuis et aucun de ces nouveaux acteurs n’a connu une expansion suffisamment importante pour devenir une réelle alternative du point de vue de l’emploi des journalistes.

Face à une situation de frustration perçue par un individu, les travaux bien connus d’Albert Hirschman nous enseignent qu’il y a trois attitudes possibles : 1- ne rien faire, 2- prendre la parole pour manifester son mécontentement, 3-partir. Cette troisième option semble devenir une alternative de plus en plus suivie par les journalistes. Mes réflexions sur les effets de la signature et leur prolongement avec les réseaux sociaux trouvent depuis quelque temps un développement que je suis avec intérêt. Au moment de son introduction dans les années 1990, la signature était vue comme un moyen de fidélisation du lecteur, en fabriquant des fans. En développant la visibilité de leurs journalistes, les entreprises de presse leur ont bien donné plus de chance de s’émanciper. 

Mais alors que le scénario que j’imaginais au départ était celui de journalistes utilisant leur nouvelle notoriété pour aller d’un média à un autre, ce que j’observe en ce moment, c’est surtout la multiplication de cas de journaliste qui utilisent cette notoriété pour quitter leur entreprise et lancer des initiatives essentiellement individuelles, emportant avec eux leurs « fans » pour devenir eux-mêmes leur propre média. Plutôt que d’aller d’une logique d’organisation vers une logique de métier, la direction prise semble davantage être celle d’une forme d’hybridation entre le métier de journaliste et celui d’influenceur. Dans tous les cas, cette évolution du groupe de personne se changeant de produire et de commenter l’actualité au quotidien constitue pour le sociologue que je suis un objet particulièrement riche que je souhaite continuer à étudier.

J’avais commencé cette présentation en affirmant qu’il s’agissait d’un travail sur « les journalistes » plus qu’une réflexion sur le « journalisme » et ce qu’il doit être. Je voudrais tout de même terminer sur une implication politique pourtant centrale qui sous-tend l’ensemble des points évoqués. Il faut garder à l’esprit un fait indéniable : la grande majorité des informations sur lesquels nous construisons notre perception de la réalité vient de l’actualité qui est produite par les médias, et de la presse écrite en particulier.

Les plateformes en ligne qui prennent aujourd’hui tant de place redistribuent et permettent de commenter l’actualité. Mais elles ne la produisent pas. C’est une réalité que la prétendue « gratuité du net » a malheureusement tendance à faire oublier. C’est là que se situe le danger. Nous avons besoin d’une pluralité de médias d’information pour percevoir le monde qui nous entoure. Et pour fonctionner, il est absolument essentiel que ces médias soient en mesure de donner des conditions de travail décentes à leurs journalistes. Je m’inscris dans la réflexion développée par Hayashi Kaori sur la relation entre média et public. Le problème au Japon n’est pas la défiance 不信. Le problème, c’est l’indifférence 無関心 à l’encontre des médias, indifférence qui s’est malheureusement généralisée. Si tout le monde s’accorde sur l’importance d’avoir de l’air pure ou de la nourriture saine, je pense personnellement qu’il en va de même pour l’information, car c’est d’elle que nous nous nourrissons pour penser notre rapport au monde.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
César Castellvi (24 janvier 2023). Intervention recherche / Conférence à la Maison Franco-japonaise de Tokyo. Médias et espace public dans le Japon contemporain. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rbf2


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search