Les Japonais et leurs médias : quelques leçons tirées du Digital News Report 2023

Le Reuters Institute of Journalism de l’Université d’Oxford vient de publier le dernier volet de son rapport annuel sur la digitalisation du monde de l’information (rapport complet accessible en PDF ici).

Dans ce court texte, je vais essayer de présenter les principales leçons que l’on peut tirer de cette nouvelle édition à propos du monde médiatique japonais.

Comme pour le billet de l’année dernière, je me focaliserai sur les points qui me semblent importants, sans être exhaustif. Beaucoup plus de choses pourraient bien sûr être tirées de ce rapport d’une grande richesse. Dans la mesure du possible, j’essaierai d’ajouter des références de travaux pour compléter les informations retenues.

Le Digital News Report 2023 dans les grandes lignes

Le Digital News Report est une grande enquête internationale par questionnaire portant sur les pratiques d’utilisation et le rapport à l’actualité accessibles en ligne. Publié chaque année depuis 2016, il a l’avantage de proposer des données similaires pour 46 pays. Pour chacun d’entre eux, l’enquête par questionnaire a été réalisée auprès d’un public représentatif d’environ 2000 personnes.

Avant de détailler la situation du Japon, je commencerai par présenter les principaux résultats de l’enquête 2023 dans son ensemble :

  • Le rapport constate de façon générale une accélération du processus de digitalisation de la diffusion des actualités et la place de plus en plus centrale des réseaux sociaux dans l’accès aux nouvelles. Entre 2018 et 2023, le nombre de personnes déclarant utiliser une application d’actualité d’un média traditionnel est tombé de 32% à 22%.
  • Si Facebook reste le principal réseau social utilisé à l’échelle mondiale, sa place dans l’accès à l’information décroit alors que des applications comme TikTok s’imposent dans de plus en plus de pays.
  • Le rapport note également un rôle de plus en plus grand joué par les influenceurs sur YouTube et TikTok par rapport aux journalistes traditionnels.
  • De façon générale, les utilisateurs sont de plus en plus méfiants vis-à-vis des algorithmes et commentent de moins en moins l’actualité en ligne.
  • La confiance à l’encontre des médias continue de diminuer légèrement, mais avec des différences importantes en fonction des régions du monde (les pays d’Europe du Nord étant toujours en tête des classements).
  • Les médias publics (pour les pays qui en disposent) disposent toujours d’un haut niveau de confiance de la part de la population, même si cette confiance est moins forte pour les jeunes générations.
  • Enfin, malgré le développement des formats vidéo et podcasts, la majorité des utilisateurs continue de privilégier le format texte pour s’informer.

Ce que le rapport 2023 nous apprend de la situation au Japon

Concernant le cas plus spécifique du monde médiatique japonais, voici les principaux points qui ont marqué mon attention.

La place des agrégateurs d’info en Asie

Une première tendance, déjà bien connue, et qui singularise le Japon, la Corée du Sud et Taiwan de la plupart des autres pays, est la place centrale que joue les agrégateurs issus de moteurs de recherche comme Yahoo!News (au Japon) et Naver (en Corée). Il s’agit du principal mode d’accès à l’information en ligne, devant les réseaux sociaux et les sites de médias institutionnels.

Digital News Report 2023, p.12

Le rapport indique que plus de 50% des accès à l’actualité en ligne au Japon se fait par l’intermédiaire de Yahoo!News. Pour mieux comprendre la place que tient l’agrégateur dans le marché japonais, je propose une analyse publiée il y a quelques mois dans la Revue des Médias de l’INA.

Concernant la montée en puissance de TikTok comme moyen d’accès à l’information, il est intéressant de constater que le Japon (avec le Danemark) est le pays où l’application est la moins utilisée pour accéder à l’actualité.

Digital News Report 2023, p.13

La participation des internautes à l’actualité en ligne

Cette faiblesse relative de nouveaux acteurs tels que TikTok fait écho à un autre phénomène où le Japon se distingue, celui de la participation en ligne. Si les internautes japonais sont connus pour leur présence sur Twitter, l’enquête du Reuters Institute révèle une participation en ligne particulièrement faible. Parmi les enquêtés, seuls 6% des répondants se considéraient comme étant actifs (à comprendre ici comme répondant ou écrivant des commentaires en ligne sur l’actualité) et 15% comme étant réactifs (en laissant en like ou en repartageant un message) sur Internet, laissant paraître une posture plutôt passive de l’accès à l’information en ligne.

Digital News Report 2023, p.37

Ce constat tranche avec l’impression que peuvent laisser les nombreuses affaires de compagnes de dénigrement en ligne qui ont marqué le pays depuis une dizaine d’années. Sur cette question, l’importante enquête réalisée par Tanaka Tatsuo et Yamaguchi Shinichi nous rappelle que la participation en ligne sur les réseaux sociaux relève en réalité d’un très faible nombre de personnes extrêmement actives (voir notamment Tanaka Tatsuo 田中辰雄 and Yamaguchi Shinichi 山口真一, 「ネット炎上の研究」, 東京, 勁草書房, 2016).

Payer pour s’informer en ligne ?

Déjà constaté les années précédentes, le public japonais se distingue aussi par sa très faible propension à payer pour s’informer en ligne. Le Japon arrive en effet dernier du classement (à égalité avec le Royaume-Uni) avec seulement 9% des internautes déclarant avoir payé pour s’informer en ligne (soit 1 point de moins par rapport à l’année dernière).

Digital News Report 2023, p.18

De fait, si les nouveaux médias en ligne se sont fortement développés depuis le milieu des années 2010, leur modèle est essentiellement gratuit ou se limite à une option payante pour avoir accès à l’ensemble du contenu. Le Japon ne dispose pas encore d’un modèle de médias en ligne uniquement payants similaire à celui de Mediapart.

L’évitement des médias au Japon

Également constaté l’année dernière, le phénomène d’évitement des médias (des personnes qui décident de ne pas regarder les actualités car ils les jugent trop répétitives, trop négatives ou déprimantes) semble moins important au Japon que dans d’autres pays. Plus surprenant encore, l’évitement des médias semble avoir diminué entre 2022 et 2023 (passant de 14% à 11% de personnes déclarant éviter de temps en temps ou souvent les médias). Le Digital News Report de 2022 notait pourtant une augmentation de ce phénomène (en japonais 選択的ニュース回避).

Digital News Report 2023, p.22

La confiance envers les médias des Japonais

Ce thème est sans doute le plus intéressant lorsque l’on regarde le Japon dans le rapport 2023. Constat connu de longue date, le niveau de confiance des Japonais vis-à-vis de leur média est relativement élevé (certes pas au niveau des pays d’Europe du Nord, mais certainement plus qu’en France et au Royaume-Uni par exemple). Sur ce point, l’enquête corrobore ainsi les constats effectué par Hayashi Kaori 林香里 dans son livre 「メディア不信」, 東京, 岩波書店, 2017.

Digital News Report 2023, p.24

De façon assez originale, l’enquête demandait notamment aux répondants, non pas s’ils étaient eux-mêmes critiques, mais plutôt, s’ils entendaient souvent dans leur entourage des gens critiques à l’encontre des médias ou des journalistes. À cette question, le Japon se distingue en tant que pays où les enquêtés semblent être les moins nombreux à attendre des propos critiques contre les médias. L’enquête nous apprend aussi que dans 34% des cas, les critiques entendues proviennent du monde politique.

L’une des leçons générales du rapport était le crédit important dont continuent de bénéficier les médias publics. À ce propos, à la question “pensez-vous que l’existence d’un média public est importante pour vous ou pour la société ?”, les enquêtés japonais surprennent par leur relative indifférence.

Digital News Report 2023, p.44

Ainsi, aucun enquêté n’a répondu que la présence d’un média public était une chose importante pour lui, et seuls 4% ont répondu qu’il s’agissait d’une chose importante pour l’ensemble de la société. Ce résultat est d’autant plus surprenant que la NHK, unique média public au Japon, est aussi l’organisation qui bénéficie du plus haut niveau de confiance parmi les différentes marques médiatiques japonaises.

Digital News Report 2023, p.135

Mais ici encore, la confiance accordée à un média ne va pas forcément de pair avec l’utilisation qu’en font les gens dans leur vie quotidienne. Ainsi, alors que l’accès à l’actualité se fait principalement en ligne, le premier média consulté par les Japonais pour s’informer demeure encore Yahoo!News, alors même que l’agrégateur ne propose pas dans son bouquet d’articles provenant de la NHK.

Enfin, le rapport relève la montée en puissance d’un nouvel acteur médiatique qui semble avoir réussi à tirer son épingle du jeu à la suite de la pandémie. Il s’agit de la chaîne de télévision en ligne Abema TV, co-détenue par la compagnie Cyberagent et la chaîne commerciale TV Asahi. Cette chaîne a réussi le tour de force de s’imposer comme principal média de diffusion de la coupe de monde de football 2022.

Pour les personnes intéressées par mon analyse de l’édition précédente du Digital News Report, elle est disponible ici =>https://mediainjapan.hypotheses.org/851



Citer ce billet
César Castellvi (2023, 17 juin). Les Japonais et leurs médias : quelques leçons tirées du Digital News Report 2023. Médias et espace public dans le Japon contemporain. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rbf9

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search