Les Japonais et leurs médias : quelques leçons tirées du Digital News Report 2022

Comme chaque année, le Reuters Institute de l’Université d’Oxford vient de publier son Digital News Report qui décrit les dernières tendances dans le monde des médias d’information (https://reutersinstitute.politics.ox.ac.uk/sites/default/files/2022-06/Digital_News-Report_2022.pdf).

Dans ce billet, je vais tenter de présenter quelques éléments intéressants qui concernent plus particulièrement le Japon. Il ne s’agit évidemment pas de tout reprendre, mais de mettre en avant la façon dont les médias japonais se positionnent ou se singularisent par rapport à certaines tendances mondiales (46 marchés médiatiques ont été analysés pour l’année 2022). 

Les Japonais et le phénomène de l’évitement des médias

La décennie 2010 a vu se développer le phénomène d’évitement des médias dans de nombreux pays. Concrètement, il s’agit des personnes qui vont volontairement essayer de limiter, voire de stopper leur consommation d’informations au quotidien, les nouvelles des journaux et de la télévision étant jugées trop anxiogènes ou répétitives (voir sur ce point le papier très intéressant publié dans la Revue de médias de l’INA (https://larevuedesmedias.ina.fr/tendances-consommation-medias-reuters-2022-evitement-selectif-confiance-abonnements-newsletters). 

À propos de ce premier point, le Digital News Report 2022 nous apprend que le Japon est un pays où ce phénomène semble comparativement moins puissant qu’ailleurs. 

Reuters Institute, Digital News Report 2022, p.13.

Pour autant, comme pour l’ensemble des autres pays, on y observe une augmentation continue de la part de personnes déclarant éviter de temps en temps ou régulièrement les informations. Celle-ci est passée de 6% en 2017 à 14% en 2022. 

Les Japonais et leur confiance envers les informations publiées par les médias

La perte de confiance du public à l’encontre des médias est un sujet de discussion et d’inquiétude ancien, mais qui a commencé à se faire ressentir de plus en plus fortement depuis les années 1990 (voir sur ce sujet le récent ouvrage de François Jost, Médias : sortir de la haine, CNRS Éditions, 2021 https://www.cnrseditions.fr/catalogue/societe/medias-sortir-de-la-haine/). 

Contrairement à certaines idées véhiculées, le Japon fait partie des pays où cette tendance reste pour le moment assez modérée. Les principales institutions médiatiques continuent de bénéficier d’un crédit assez fort (la NHK, la presse quotidienne en tête) de la part de la population ( https://booksandideas.net/The-Japanese-Press-a-Global-Exception.html). 

Ici aussi, le rapport du Reuters Institute le rappelle grâce à sa question sur la confiance généralement accordée aux news dans les pays interrogés. 

Reuters Institute, Digital News Report 2022, p.15.

Si le Japon se situe à une position intermédiaire, il fait partie des pays de la région pacifique où la confiance relative à l’encontre de l’information reste forte. Par comparaison, la France compte parmi les pays où la confiance envers des médias est la plus basse. 

Les choses changent un peu si l’on s’intéresse plus particulièrement aux médias publics. Dans beaucoup de pays où ils existent, les médias publics (dont le financement se fait par l’intermédiaire de redevances payées par une large proportion de la population) bénéficient traditionnellement d’un taux de confiance supérieur aux autres médias. 

Reuters Institute, Digital News Report 2022, p.17.

Sur ce point, on voit que les médias publics japonais (NHK) et français (Radio France, France TV) bénéficient d’un crédit comparativement plus bas que leurs homologues des pays d’Europe du Nord et du bloc anglo-saxon. Il aurait ici été intéressant d’ajouter les médias publics dans des pays où la liberté d’information est structurellement plus faible. 

La fonction attendue des journalistes sur les réseaux sociaux

Une thématique qui m’intéresse beaucoup est celle de la place accordée aux journalistes sur les réseaux sociaux. Si Internet a de fait contribué à élargir les frontières de l’espace public (voir à ce propos l’ouvrage classique de Dominique Cardon https://www.seuil.com/ouvrage/la-democratie-internet-dominique-cardon/9782021026917), les journalistes présents notamment sur Twitter, Facebook ou YouTube continuent de bénéficier d’une position particulière. 

Une des questions présentes dans le Digital News Report 2022 porte sur ce point : 

Reuters Institute, Digital News Report 2022, p.18.

Parmi les pays retenus, on apprend que le Japon (avec le Brésil en particulier) fait partie des rares cas où les personnes interrogées considèrent que les journalistes devraient être plus libres d’exprimer leurs opinions. Ce besoin peut être mise en relation avec une ancienne tradition dans le journalisme japonais qui consiste à faire disparaître l’individualité des reporters afin de paraître « plus objectif », notamment à travers le recours à l’anonymat des articles de presse (https://www.cairn.info/revue-terrains-et-travaux-2017-1-page-55.htm).

Pour certains médias, les réseaux sociaux sont aujourd’hui devenus un moyen de mettre davantage en avant la personnalité de leurs journalistes, dans un contexte d’affaiblissement économique des entreprises. Cette transformation éditoriale semble trouver écho dans la demande de la population de voir ressortir plus fortement les opinions. 

Les Japonais et le prix de l’information

Alors que les médias traditionnels ont longtemps profité d’un niveau de consommation élevé de la part de la population (notamment jusqu’aux années 1990), la digitalisation de l’information ne bénéficie pas de l’indulgence des consommateurs qui sont de moins en moins enclins à dépenser de l’argent pour s’informer. 

En effet, parmi les vingt marchés étudiés, le Japon est le pays où la proportion de personnes ayant payé pour s’informer en ligne est la plus faible. 

Reuters Institute, Digital News Report 2022, p.19.

Ce résultat confirme une tendance qui touche la plupart des marchés, mais qui est particulièrement forte au Japon, à savoir, le fait de considérer l’information comme un bien gratuit lorsqu’il provient d’Internet. Sur ce point, il faut ici rappeler que le public des médias traditionnels (pour lesquels payer semble aller bien plus de soi) est aujourd’hui largement âgé. Les jeunes générations ne lisent quasiment pas les journaux et le temps de passer devant la télévision continue aussi de s’éroder. 

Malgré les efforts consentis pour lancer leur transition numérique, on ne peut que constater que les médias japonais sont pour le moment faiblement récompensé par le public. 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search