Direction recherches de Master (M1 et M2)

Direction de dossier de M1 ou de mémoire de M2

Cette page est à destination des étudiants qui souhaiteraient travailler sous ma direction dans le cadre d’une année de M1 ou de M2 études japonaises à l’Université Paris Cité. 

Conseils lorsque vous souhaitez proposer un projet de recherche

Qu’il s’agisse d’une demande de direction pour conduire une recherche ou une présentation sur vos travaux, voici une liste des points importants auxquels il vous fait réfléchir afin de pouvoir vous présenter de façon claire (ces quelques grands principes m’ont été enseignés par mon directeur de thèse, Florent Champy, lorsqu’il m’encadrait en M1 à l’EHESS. Je ne l’en remercierai jamais assez) :

  1. Quelle est la question que vous souhaitez poser, ou l’interrogation à laquelle vous souhaitez apporter des réponses ? Au-delà du sujet qui vous intéresse, il vous faudra convaincre votre interlocuteur que ce thème pose un problème que vous souhaitez comprendre. Il ne s’agit pas d’une vraie problématique, mais de faire comprendre ce qui vous motive et pourquoi le sujet que vous souhaitez traiter mérite que l’on s’y intéresse.
    Exemple : si vous souhaitez travailler sur la question de la place des femmes dans le monde du travail au Japon, on peut partir d’une question simple comme celle-ci : alors que le niveau de diplôme des hommes et des femmes est à peu près équivalent, pourquoi les femmes japonaises ont-elles plus de difficulté à atteindre des positions élevées dans les entreprises ?
  2. Comment allez-vous mener votre recherche ? Pour mener à bien votre projet de recherche, il vous faudra nécessairement passer par une méthode d’accumulation d’information. Se lancer dans un travail de recherche nécessite une accumulation de matériaux originaux (au moins en partie) qui constitueront la matière première de recherche. Sans cette matière première, il sera difficile de produire quelque chose (ça serait comme vouloir préparer un gâteau sans avoir les ingrédients nécessaires). Il faudra aussi vous poser la question de la faisabilité et de l’intérêt d’une méthode plutôt qu’une autre pour traiter un sujet.
    Exemple : Si vous souhaitez parler des problèmes liés à la formation des chercheurs dans le Japon contemporain, quelles données vous comptez utiliser : des statistiques ? Des entretiens ? Des articles de presse ? Des archives ?
  3. Quelles sont les lectures qui vont vous aider et vous guider ? Aucune recherche ne peut être menée sans lectures préalables. Ces lectures sont de deux types : 1-des lectures théoriques et introductives sur le sujet, mais qui ne portent pas spécifiquement sur le Japon, 2-des lectures informatives ou théoriques qui portent plus spécifiquement sur l’objet qui vous intéresse au Japon. Il n’est pas forcément nécessaire de présenter des dizaines de références. Cinq ou six références centrales pour votre réflexion peuvent suffire.
    Exemple : si vous souhaitez travailler sur le thème de la censure dans les médias audiovisuels au Japon, quels sont les livres qui ont déjà été écrits sur le sujet ? Quelles sont les références incontournables sur cette thématique en France ou dans le monde anglo-saxon ?
  4. Qu’est-ce qui singularise votre sujet et justifie que l’on s’y intéresse ? Pour intéresser la personne que vous souhaitez convaincre, lui faire comprendre les enjeux du sujet qui vous intéresse, il est important de mettre en avant sa singularité par des comparaisons simples. Il peut s’agir de la présentation d’un fait statistique singulier, ou d’une pratique propre au Japon (après avoir vérifié que c’est bien le cas, évidemment).
    Exemple : pour susciter l’intérêt d’un travail sur les journaux japonais, une façon simple d’obtenir l’attention d’une personne est de rappeler que les journaux japonais continuent d’avoir les tirages papier les plus importants du monde. Autre exemple : pour expliquer l’intérêt d’une enquête sur le travail des personnes âgées au Japon, il peut être utile de mentionner que dans ce pays, le travail des plus de 65 ans concerne plus du quart de la population, alors qu’il concerne moins de 5% des travailleurs en France ou en Italie.
  5. Quelles sont les difficultés auxquelles vous faites face ? Il ne faut pas hésiter à expliciter ce qui vous parait difficile pour mener à bien votre projet. C’est déjà une façon d’avancer, d’identifier ce qui peut faire blocage, et les problèmes qui peuvent être contournés. Identifier précisément des difficultés qui paraissent insurmontables sont parfois des manières d’aborder son sujet de façon originale. Elles peuvent concerner la méthode, l’approche théorique, le corpus (ensemble de textes) à étudier, ou encore les frontières mêmes de l’objet à étudier.
    Exemple : une première remarque qui vous sera sans doute faite lorsque vous présenterez votre projet et que celui-ci est trop large en l’état. Il faut donc raccourcir, et circonscrire davantage. C’est ce qui m’est arrivé il y a longtemps lors d’un premier M1 lorsque je me suis mis en tête de travailler sur les médias au Japon. Le thème était vaste et pouvait être abordé de centaines de façons différentes. Mon accès limité aux sources (j’étais en France) et l’immensité des sous-sujets possibles m’ont amené à réfléchir à ce que je voulais/pouvais vraiment faire, et à diversifier mes lectures. Je suis finalement passé en quelques semaines d’un sujet intraitable en M1 qui était “les médias japonais contemporains” à une étude plus réalisable en quelques mois sur « les conséquences de l’attentat au gaz sarin de la ville de Matsumoto sur la déontologie professionnelle des journalistes japonais”.

Liste de sujets de master proposés

Au cours de mon parcours, j’ai été formé en sociologie générale et en études japonaises. Mes domaines de recherches sont la sociologie des médias et du travail même si mes travaux concernent la société japonaise contemporaine (mon CV complet qui présente aussi mon parcours académique est disponible sur cette page : CV César Castellvi). Je suis donc disposé à diriger plus particulièrement les recherches liées à ces domaines.

Voici une liste de sujets à propos desquels je suis en mesure de vous diriger avec un certain degré d’expertise. Cela ne veut pas dire que je ne peux pas encadrer d’autres sujets, mais mon expertise et ma capacité à vous guider efficacement ne seront pas les mêmes :

-Les influenceurs en ligne et la régulation de cette activité dans le Japon contemporain.
-Les événements sportifs et les médias (notamment le 甲子園, la course えきでん…). 
-L’industrie des journaux sportifs au Japon (スポーツ新聞) et son audience.
-Les affaires de «fausses» accusations (enzai / 冤罪) et le rôle des médias (à travers une ou deux études de cas).
-Les médias et les journalistes dans la culture populaire japonaise (cinéma, séries TV, manga, etc).
-Les journaux universitaires au Japon (大学新聞) (à travers une ou plusieurs études de cas)
-Les mouvements sociaux et les média alternatifs depuis les années 2010 (à travers une ou deux études de cas).
-Les carrières des acteurs de théâtre dans le Japon contemporain.
-Les conditions de travail dans l’industrie du cinéma japonais.
-La place des grands magasins japonais (デパート) dans les villes et ses transformations récentes.
-Le quartier de Golden-gai à Shinjuku comme lieu de rencontre pour les professions intellectuelles.

Si vous souhaitez travailler sur un autre sujet, il faut commencer par vous assurer que celui-ci n’a pas déjà été traité par d’autres étudiants auparavant. Vous pouvez vérifier cette information en cherchant dans la base des données des anciens mémoires : https://u-paris.fr/lcao/memoire-de-recherche/.

De plus, pour les mémoires de M2 les plus réussis, vous pouvez y accéder directement en ligne ici => “lien vers la page HAL des mémoires de M2 soutenus en études japonaises à LCAO“. Même si les sujets de ces mémoires ne vous intéressent pas directement, je vous invite à les consulter afin de vous en inspirer, au moins sur la forme, et de voir comment ils sont construits. Lire attentivement les titres vous permettra de voir à peu près le type de sujet attendu pour un M2.

Peu importe le sujet que vous comptez traiter, je vous recommande de commencer par lire ce que les médias institutionnels (la presse écrite notamment) a déjà écrit sur le thème. Pour cela, vous pouvez vous aider de divers outils, notamment des accès gratuits à la presse quotidienne auxquels vous avez accès grâce à votre statut d’étudiant. La BULAC (bibliothèque des langues et civilisations) vous offre également des accès gratuits à la presse écrite japonaise (voir la page des ressources en ligne ici).

Références bibliographiques générales pour réfléchir à votre sujet de Master (aussi bien en M1 qu’en M2)

Une condition pour que j’accepte de vous diriger est un engagement de votre part à lire le plus possible. La lecture régulière est une condition essentielle, que cela concerne la découverte du sujet que vous comptez traiter, ou la constitution d’une culture générale minimum en sciences sociales.

Voici une bibliographie indicative d’ouvrages en sciences sociales et en sociologie que je vous recommande de consulter si vous souhaitez que je vous dirige en Master. Ces livres sont généralement introductifs et accessibles dans la plupart des bibliothèques (pour les livres en français et en anglais). Ceux accessibles en ligne en passant par des portails comme CAIRN peuvent être consultés en cliquant sur le titre. Ces lectures préalables vous aideront à approfondir votre réflexion, quel que soit le sujet que vous aurez choisi.

En sociologie générale

Becker Howard S., Comment parler de la société Artistes, écrivains, chercheurs et représentations sociales, Paris, La Découverte, 320 p.
Berger Peter, Invitation à la sociologie, Paris, La Découverte, 2014, 251 p.
Faire des sciences sociales. Généraliser, Critiquer, Comparer, Paris, Éditions de l’EHESS, 2012 (3 volumes).
Passeron Jean-Claude et Revel Jacques, Penser par cas, Paris, Éditions de l’EHESS, 2005, 292 p. (LIVRE EN ACCÈS OUVERT SUR OPENEDITION)
Paugam Serge, L’enquête sociologique, Paris, France, Presses Universitaires de France, 2016, 480 p. (LIVRE EN ACCÈS PARTIEL SUR CAIRN)

Methodologie

Becker Howard S., Écrire les sciences sociales, Paris, Economica, 2004, 179 p.
Becker Howard Saul, Les ficelles du métier : comment conduire sa recherche en sciences sociales, Paris, France, la Découverte, 2002, 352 p. (LIVRE EN ACCÈS PARTIEL SUR CAIRN)
Beaud Stéphane et Weber Florence, Guide de l’enquête de terrain : produire et analyser des données ethnographiques, Paris, France, La Découverte, 2003, 356 p.
Paugam Serge, L’enquête sociologique, Paris, France, Presses Universitaires de France, 2016, 480 p. (LIVRE EN ACCÈS PARTIEL SUR CAIRN)
-Schwartz Olivier, « L’empirisme irréductive. La fin de l’empirisme ? » dans Le Hobo, sociologie du sans-abris, Paris, Armand Colin, p. 335‑384.

En sociologie des médias et des mouvements sociaux

Aldrin Philippe et Hubé Nicolas, Introduction à la communication politique, Louvain-la-Neuve, De Boeck Supérieur, 2022, 279 p.
Lemieux Cyril (ed.), La subjectivité journalistique. Onze leçons sur le rôle de l’individualité dans la production de l’information, Paris, Éditions de l’EHESS, 2010, 315 p. (LIVRE EN ACCÈS PARTIEL SUR OPENEDITION)
Neveu Érik, Sociologie des mouvements sociaux, Paris, la Découverte, 2005, 127 p. (LIVRE EN ACCÈS PARTIEL SUR CAIRN)
Neveu Érik, Sociologie du journalisme, Paris, La Découverte, 2014, 128 p.
Neveu Érik, « Médias, mouvements sociaux, espaces publics », Réseaux, 1999, vol. 17, no 98, p. 17‑85.
Rieffel Rémy, Sociologie des médias, Paris, France, Ellipses, 2015, 231 p.

En sociologie du travail

Bevort Antoine, Jobert Annette, Lallement Michel et Mias Arnaud (eds.), Dictionnaire du travail, Paris, France, PUF, 2012, ix+860 p.
Castel Robert, Les métamorphoses de la question sociale, Paris, Gallimard, 1999, 813 p.
Champy Florent, La sociologie des professions, Paris, PUF, 2012, 268 p. (LIVRE EN ACCÈS PARTIEL SUR CAIRN)
Avril Christelle, Cartier Marie et Serre Delphine, Enquêter sur le travail: concepts, méthodes, récits, Paris, France, la Découverte, 2010, 283 p. (LIVRE EN ACCÈS PARTIEL SUR CAIRN)
Hughes Everett C., Le regard sociologique. Essais choisis, Paris, Éditions de l’EHESS, 1996, 344 p.
-Kanter Rosabeth Moss, Men and Women of the Corporation, New York, Basic Books, 1993, 416 p.

Sur la société japonaise contemporaine

Bestor Theodore C., Steinhoff Patricia G. et Lyon-Bestor Victoria (eds.), Doing fieldwork in Japan, Honolulu, Etats-Unis d’Amérique, University of Hawai’i Press, 2003, 414 p.
Chiavacci David et Obinger Julia, Social Movements and Political Activism in Contemporary Japan: Re-emerging from Invisibility, Routledge, 2018, 212 p.
Delamotte Guibourg, La démocratie au Japon, singulière et universelle, Lyon, ENS Éditions, 2022, 340 p. (LIVRE EN ACCÈS OUVERT SUR OPENEDITION)
-Kingston Jeff, Contemporary Japan : history, politics, and social change since the 1980s, Wiley-Blackwell, 2011.
-Kingston Jeffrey (ed.), Critical issues in contemporary Japan, London, Routledge, 2014, 309 p.
-Kottmann Nora et Reiher Cornelia, Studying Japan: Handbook of Research Designs, Fieldwork and Methods, Baden-Baden, Germany, Nomos Verlagsgesellschaft, 2021, 501 p.
Lucken Michael, Bayard-Sakai Anne et Lozerand Emmanuel (eds.), Sengo : le Japon après la guerre, Paris, Presses de l’Inalco, 2017, 466 p. (LIVRE EN ACCÈS OUVERT SUR OPENEDITION)

Sur les médias au Japon

-Darling-Wolf Fabienne (ed.), Routledge Handbook of Japanese media, London ; New York, Routledge, 2018, 452 p.
-Kingston Jeff (ed.), Press Freedom in Contemporary Japan, London; New York, Routledge, 2017, 322 p.
-吉見俊哉, 『メディア文化論 : メディアを学ぶ人のための15話』, 東京, 有斐閣, 2012, 285 p.
-藤竹暁 & 竹下俊郎, 『図説日本のメディア : 伝統メディアはネットでどう変わるか』, 東京, NHK出版, 2018, 310 p.
-根津朝彦, 『戦後日本ジャーナリズムの思想』, 東京, 東京大学出版会, 2019, 392 p.

Sur le travail au Japon

-Imai Jun, The transformation of Japanese employment relations : reform without labor, New York, Palgrave Macmillan, 2011, 246 p.
-Lechevalier Sébastien, La grande transformation du capitalisme japonais, 1980-2010, Paris, Presses de Sciences Po, 2011, 419 p.
-Mouer Ross E. et Kawanishi Hirosuke, A sociology of work in Japan, Cambridge, Cambridge University Press, 2005.
-Thomann Bernard, Le salarié et l’entreprise dans le Japon contemporain, Paris, Les Indes savantes, 2008, 344 p.
-玄田有史, 仕事のなかの曖昧な不安 : 揺れる若年の現在, 東京, 中央公論新社, 2005, 277 p.
-森岡孝二, 雇用身分社会, 東京, 岩波書店, 2015, 256 p.
-佐藤博樹 & 佐藤厚, 仕事の社会学: 変貌する働き方, 改訂版., 東京 , 有斐閣, 2012, 240 p.

Liens utiles

Lien vers le site de l’UFR LCAO
Lien vers la présentation du master “études japonaises” l’Université Paris Cité
Lien vers le catalogue de la bibliothèque de l’UFR LCAO.
Lien vers les meilleurs mémoires de M2 soutenus récemment en études japonaises à l’Université Paris Cité
Lien vers le guide de rédaction de dossiers et mémoires en études japonaises de l’UFR LCAO.

Contacts

Adresse email professionnelle : cesar.castellvi[at]u-paris.fr
X (ancien Twitter) : @Cesar_Castellvi
LinkedIn : https://www.linkedin.com/in/cesar-castellvi/

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search